Sonnet : « Le désir » par Vincent Zochowski

Le désir

Sans cesse à mes cotés, s’agite cette idée,

Sublime, si intense, elle se cache et me régale

De son parfum aux notes douces mais épicées,

Elle se tient là, soucieuse mais sans me faire de mal.

 

Parfois, elle prend son élan et au moindre regard,

Envie de dévoiler, infime précaution,

Subtile, enjouée, le nu révèlera son art,

Lorsqu’ à ce désir, s’ajoutera l’intention. 

 

Plaisirs ravissants et émois sur la peau :

Exister et vouloir si fort rompre le sceau

D’une monotonie trop intolérante.

 

Elle projette dans mes yeux ; que l’innocence vienne !

Gestes tant espérés, étreintes et soupirs,

Car sans aucun  regret, elle deviendra mienne.

Vincent Zochowski

Sonnet librement inspiré de “La Destruction” et composé dans le cadre de l’atelier “Ecrire à la manière de Baudelaire”. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :