Pantoum : « Oraison » par Vincent Zochowski

Oraison

                                                                                                            A mon père

Voici venu le temps d’une douloureuse descente

Doucement, musicalement, un simple au-revoir

Chaque bougie comme recouverte d’un voile noir

La lumière s’appauvrit, si seule et innocente…

*

Doucement, musicalement, un simple au-revoir

Un baiser sur le front, atmosphère pesante,

La lumière s’appauvrit, si seule et innocente,

Immobile, sans un mot, ce monde à présent noir,

 *

Un baiser sur le front, atmosphère pesante,

Tu sembles  nous entendre, et comme un désespoir,

Immobile, sans un mot, ce monde à présent noir,

A quoi penses-tu ? Une vie si déroutante…

 *

Tu sembles  nous entendre, et comme un désespoir,

La musique de ta vie terminée, déchante.

A quoi penses-tu ? Une vie si déroutante…

On ne sait quand sera la fin, ne pas y croire !

 Vincent Zochowski

Crédit photo : archives personnelles de l’auteur

Pantoum inspiré d’Harmonie du soir et écrit dans le cadre d’un atelier “Ecrire à  la manière de Baudelaire”.

Publicités

One response to “Pantoum : « Oraison » par Vincent Zochowski

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :